Prenez quelques vers, une bonne inspiration et dégustez le fruit de la passion.

Des poèmes, des chansons, des réflexions et quelques phrases... Il s'agit là de mes propres écrits.

19/09/08

De l'évasion à l'excursion

Deux murs nous séparent, pourtant je me prépare
Je sais qu'si j'y parviens, je s'rais avec les miens
Plusieurs mois que j'y songe, plusieurs mois que ça m'ronge
Demain c'est décidé, j'retrouve la liberté

Mon plan est minutieux, j'l'ai encore sous les yeux
J'le r'garde une dernière fois, je dois l'ancrer en moi
Pas le droit à l'erreur, je n'connais plus la peur
C'est mon dernier espoir, il ne faut pas qu'il foire

Si jamais je suis pris, je n'aurais plus d'sursis
Je s'rais exécuté, dans les plus brefs délais
Pas l'temps de dire au r'voir, pas l'temps de voir le soir
Je n'verrais qu'l'horizon, sans distinguer le fond

Une balle m'aura atteinte, mais je n'ai pas cette crainte
Comme j'vous l'ai annoncé, à présent rien n'm'effraie
Cela fait tant d'années, que je suis enfermé
Je n'ai plus d'émotions, je ne suis plus qu'un pion

Un pion que l'on déplace, qu'on remet à sa place
J'subissais sans broncher, mais cela va changer
C'est grâce à ton courrier, que j'me suis réveillé
C'est grâce à ta photo, et à tes quelques mots

Je suis prêt à présent, des mois qu'j'attends c'moment
Il n'me reste plus qu'une heure, je sens battre mon cœur
L'effroi m'est revenu, je n'dois pas être vu
Quelques minutes encore, il va falloir être fort

J'entends l'gardien venir, je vais bientôt agir
Le voilà qui s'approche, j'mets ta photo en poche
Il me tend une gamelle, sort et va dans l'autre aile
Ça y est c'est à moi d'jouer, je n'vais pas renoncer

Le décompte est lancé, une heure pour procéder
Je n'perds pas une seconde, j'la joue à la James Bond
C'est dans l'plus grand silence, que l'évasion commence
Pourvu qu'son déroulement, se fasse calmement

Première étape finie, je suis toujours en vie
Je passe à la deuxième, qu'il n'y ait pas d'problème
Manquerais-je de chance, je sens une présence
Un imprévu s'déroule, j'avoue que j'ai les boules

Je reste dans mon coin, je prépare mes poings
Je n'veux pas m'en servir, pas le choix si j'veux fuir
Le garde me surprend, direct j'lui rentre dedans
L'alarme retentit, un prisonnier s'enfuit

Parcours du combattant, non prévu sur le plan
Je dois improviser, pendant qu'je suis visé
A droite à gauche que faire, ne pas r'garder derrière
Courir sans s'arrêter, l'intuition va m'guider

Je cours j'détale j'm'essouffle, serait-ce mon dernier souffle
Je n'vais pas renoncer, je veux te rencontrer
Je cours j'détale j'me grouille, je repense à ta bouille
J'ai alors l'énergie, pour trouver la sortie

Ça y est je l'ai franchie, je suis toujours en vie
Je suis toujours en vie, mais toujours poursuivie
J'suis dans leur ligne de mire, j'imagine le pire
Une balle qui m'atteint, à présent je le crains

Des centaines m'effleurent, est-ce aujourd'hui mon heure
Je ne veux pas y croire, je veux tell'ment te voir
J'pénètre dans la forêt, je pense être sauvé
J'ai trop vite espéré, car me voilà touché

L'impact me met à terre, il faudra qu'on m'opère
Pour l'instant je m'efforce, de retrouver la force
J'me relève tant bien qu'mal, dans mon bras est la balle
Je peux encore courir, je me vois réussir

J'ai de l'avance sur eux, plus aucun coup de feu
Vont-ils s'arrêter, vont-ils continuer
Je regarde derrière moi, je suis seul dans le bois
L'évasion est finie, je suis toujours en vie

Je ralentis le pas, la ville est juste en bas
Dans un d'ses bâtiments, tu te réveilles sûr'ment
Il est bientôt 10h, j'arrive à ta demeure
Les volets sont ouverts, j'ai peur de te déplaire

Un coup d'œil par la f'nêtre, vais-je te voir apparaître
Mon cœur bat comme jamais, lorsque tu pointes ton nez
Suis-je en train de rêver, est-ce la réalité
Mon vœu est exaucé, c'est la réalité

Tu te trouves devant moi, pour la toute première fois
18 années passées, depuis que tu es née
Et pendant ces années, moi j'étais enfermé
Je n'imaginais pas, une seconde être papa

Mais grâce à ton courrier, j'ai su qu'tu existais
J'ai voulu t'rencontrer, je me suis évadé
Maintenant qu'je suis là, sonner je n'ose pas
Je reste devant la f'nêtre, et je relis ta lettre

Le temps de ma lecture, j'oublie cette blessure
J'oublie même d'où je viens, j'oublie tous ces gardiens
Quand viens ta signature, je ressens la blessure
Je revois la prison, je revis l'évasion

Je réalise alors, qu'en attendant j'ai tort
Je n'vais pas renoncer, après tout c'que j'ai fait
J'n'ai qu'un mur à franchir, et j'ai déjà vu pire
Je suis si près du but, j'n'hésite plus une minute

J'me dirige vers l'entrée, je suis prêt à sonner
Dernière inspiration, j'appuis sur le bouton
J'patiente quelques instants, je t'attends mon enfant
Voilà la porte s'ouvre, que dire de c'que j'éprouve

Ton visage est gracieux, ton sourire est radieux
Ton visage devient bleu, très vite le rouge prend lieu
Bleu rouge bleu rouge bleu rouge, il ne faut plus qu'je bouge
Finie mon excursion, je retourne en prison

piaf4

 

   19 septembre 2008

Posté par Le poete inconnu à 17:11 - Ecrits de 2008 - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    Beau poème et j'ai même trouvé de l'humour avec ce bleu rouge bleu rouge, c'est à la fois triste, mais d'un autre côté il aurait du se dépéché !!!

    Posté par Emilie, 19/09/08 à 19:49
  • encore surprise

    une fois de plus je ne m'y attendais pas, bravo pour cette preuve d'amour d'un père à son enfant, la longueur du texte pourrait décourager mais la beauté du texte me fait cavaler.

    Posté par nonne, 19/09/08 à 21:01
  • Fan

    Je crois que je commence à devenir fan de tes poèmes.
    Cette histoire est belle. Triste, certes mais très belle.

    Posté par Julie, 20/09/08 à 14:29
  • ton plus grand fan

    je croi je suis fan c trop gavé bien jtd mon ti david

    Posté par petit oiseau, 02/10/08 à 18:31
  • Une bien jolie histoire

    Jolie histoire. Joli poème.
    Dans ma tête c'était un slam qui m'emportait loin!!
    On s'évade... Bien joué David.
    Je ne te dirai pas de continuer, le principal étant que tu t'exprimes!
    Mais j'avoue, dans la rime tu déchires.
    A bientôt j'espère...

    Alex

    Posté par Alexis (l'couz), 02/10/08 à 22:59
  • Super^^

    cc c anaïs dla colo lol super cool tn poème!! Ca me fé penser tro à un soir dans le tipi à la colo où tu rapé devant les autres je sais pas si tu t'en souviens mais ca m'a quand même marqué lol^^
    Sinan ss trés contente de t'avoir rencontré on c bien maré ac twa a paris é la colo ct super la bataill de polochon, ou la soirée de fou où on faisait tn déguisement é qu'on se battait ac nico ct tro maran franchement j'espere tro kon pourra remettr ca lan prochain ce sré tro cool lol^^
    Sur ce, lol é ta pu ldroit de dire kjss 1 boulé apré ce bo comm mdr XD Bonn soirée kiss jtd fort ++

    Posté par **Anaïs** (PS^^), 03/10/08 à 22:03
  • Pour eviter de me faire taper...

    Bon ba voila le commentaire que tu m as demande ptite tete!
    Qu est ce que je peux te dire... que c est bien, serieux (cette fois ci je mets une virgule pour pas que tu te plantes ).
    J ai pas beaucoup de temps de toujours te lire mais heureusement que tu me rappelles a l ordre parfois, histoire que je ne rate pas tes jolies rimes!
    Allez je me sauve,
    A bientot!

    Posté par Matt, 05/10/08 à 11:56
  • INSPIRATION

    Mais où vas-tu chercher tout cela petits épis blonds ? Comme dit Nonne, la longueur ne décourage pas car on veut absolument connaître la fin.... J'avais un peu espéré qu'elle serait joyeuse, hélas.... Quant vas-tu nous "coller" un sourire aux lèvres à la place une larme à l'œil
    Tiens, en voilà une vraie gageure ………………
    Quand nous fais tu sourire ? Voire rire ?….
    Pour un amoureux de théâtre, qui enfile aisément les habits de l’autre…….Ne pourrais tu « camper » « un joyeux drille » ? Le temps d’un petit poème ???
    J’attends avec impatience ce nouvel exercice de style. Bise

    Posté par ktite, 29/10/08 à 19:24
  • Ô toi poète inconnu...

    ... Tu devrais le rester.

    Posté par wing, 16/11/08 à 12:43
  • YO !!

    j'ai du mal avec les poèmes, je ne rentre jamais vraiment dedans, je trouve ça nase, plat et s'en intérêt... oui oui j'ai un bac L et j'adore lire.... mais les poèmes boarfffffff c'est rare que ça me plaise...

    et bien celui que je viens de lire m'a tout simplement conquit! j'étais à fond dans l'intrigue j'avais l'impression de lire un putain de bon bouquin et même de me retrouver dans l'action à suivre au rythme des vers les épreuves du père... bref, tu m'as scotché !!!
    je n'ai pas encore tout lu de tes poèmes mais je ne tarderai pas à le faire.

    très très bonne continuation à toi, le pouet inconnue

    bise !

    Posté par Aleskandre, 26/11/08 à 20:34

Poster un commentaire







 
00043449